jeudi 26 janvier 2012

Absurdités du multiculturalisme - chronique de la foutaise ordinaire

video
En 2007 la très tolérante Albion découvrit avec stupeur que la diversité et le "multiculturel" pouvaient se conjuguer avec l'absurdité : une école, au nom du "refus d'offenser les musulmans", décida de remplacer les cochons de la fable éponyme par... des chiens !(1)


Et voici qu'en 2011 la BBC décida de remplacer bon nombre de "AD/BC" (before Christ/after Christ) par des "BCE/ACE" (before common era/after common era) par pur politiquement correct.

Ce genre d'exemples abonde dans les contrées du libéralisme triomphant, je pense à la Hollande ou aux USA (où le délire est à son paroxysme). Les signes divers d'une civilisation à l'agonie, selon moi, caractérisée par un nihilisme de masse et son pendant qu'est le retour d'une religiosité obscurantiste et puritaine. Quand on préfère l'insertion plutôt que l'intégration/assimilation, quand on refuse à gauche d'affirmer une identité commune et des valeurs communes - le tout sous les rires sardoniques d'une droite cynique dans son for intérieur mais moraliste et identitaire à l'extérieur - et qu'on leur préfère la coexistence d'identités "dont on ne peut bien évidemment pas juger les pratiques ou les moeurs", quand enfin l'on promeut la notion de postmodernisme qui ne voit plus qu'individus avec leur propre subjectivité - et toute volonté de références communes comme cache-sexes de l'ethnocentrisme/post-colonialisme/machisme/... -, l'on voit ainsi se former ces agrégats d'individus déstructurés qui voient dans la religion, la tradition et autres identités d'ancêtres idéalisées des moyens de recréer du lien social et de la structure. Ainsi, la fameuse et fumeuse gôche se voit préférer la promotion des "minorités visibles" dans ses instances plutôt que celle d'un prolétariat nié voire bafoué, et souvenons nous d'un Mélenchon critiquant à l'époque avec une ironie foudroyante les pratiques d'un PS qui adore mettre en avant les couleurs des personnes ou leur sexe dans ses instances dirigeantes tout en oubliant complètement la promotion de la présence d'ouvriers, d'employés, en somme de travailleurs.(2)

Alors qu'auparavant pouvaient exister une identité de classe et une identité nationale (et Jaurès dans sa phrase célèbre sur le patriotisme et l'international(3) en faisait une admirable dialectique), la mondialisation, et son bras européen qu'est l'Union Européenne, ont annihilé les deux au profit des instances adémocratiques de l'UE, des abstractions du droit libéral et du marché mondialisé, et de cette absurde conception du monde en village global, où le bourgeois, omnipotent et mobile, pourrait ainsi visiter les pittoresques quartiers ethniques comme un touriste et vanter leur exotisme d'autant plus qu'il n'y vit pas. Le Chinatown étant probablement son alpha et son oméga.

(1) http://www.communautarisme.net/Les-Trois-Petits-Cochons-censures-en-Angleterre-_a925.html
(2) Et cela s'applique autant au PS belge qu'au PS français.
(3) "Un peu d'internationalisme éloigne de la patrie ; beaucoup d'internationalisme y ramène. Un peu de patriotisme éloigne de l'Internationale ; beaucoup de patriotisme y ramène."

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire