vendredi 3 mai 2013

Besancenot ou l'internationalisme des imbéciles

491001_2779895Les guerres intra-utérines du camp socialiste ont toujours été pléthoriques. Des affrontements de la première internationale entre marxistes et anarchistes jusqu'à aujourd'hui, en passant par les fractionnements tragicomiques des chapelles révolutionnaires durant les années 60/70, rien n'a véritablement changé dans ce coin-là de la politique, en témoigne la récente sortie de Besancenot. Porte-parole d'un parti trotskiste moribond, le NPA, il a récemment cru bon de dénoncer chez Mélenchon des poussées « souverainistes » (brr), « nationalistes » (re-brr) voire « chauvines » (nous revoilà dans ces heures sur lesquelles la lumière ne s'est jamais posée).

De telles accusations ont néanmoins le mérite de mettre en valeur l'une des caractéristiques du trotskisme, sous sa forme prise par l'ex-LCR. Il nous a donc paru important de revenir sur ce sujet, afin de remettre en cause certains fondamentaux de cette idéologie, tout en discutant de ce que pourrait être au final l'internationalisme. En effet, à écouter les propos de Besancenot (« Et je crois qu'il faut assumer son internationalisme parce que pour moi la seule frontière qui vaille, c'est une frontière sociale qui oppose les exploiteurs et les exploités. Et à titre personnel, en tant que salarié, j'ai plus de points communs avec un chômeur, un salarié allemand qui résiste au capitalisme qu'avec un capitaliste français »), l'internationale sera sans-frontière ou elle ne sera pas...

La suite ici.

1 commentaire:

  1. Bonjour,

    Je vous pris de m'excuser, je mets toujours l'auteur et le site original, là c'est un oubli
    Je vais donc supprimer cet article de notre petit site

    Bonne fin journée

    PS : d'autant que dans l'article original pour les illustrations je ne vois pas les auteurs mais vous avez du demander les autorisations

    RépondreSupprimer